<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 "Agitateur de curiosités" (Un géant du commerce)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Danièle Arbid
Dans les champs de bataille (Liban, 2004)
Date de sortie française :
29 déc. 2004


     Lina est une fille unique de 12 ans qui est toujours avec Siham âgée de 18 ans, la bonne syrienne de sa grande tante. Celle ci règne en véritable patriarche sur la famille qui vit dans le même immeuble de Beyrouth en pleine guerre en 1982. Lina assiste aux fissures de cette famille d'origine bourgeoise. Son père ne sait plus comment honorer des dettes contractées aux cartes et met en péril son couple à cause de son vice. La jeune fille est impuissante face à ces problèmes de grandes personnes, qui ignorent qu'à son âge on puisse avoir un avis, voir même des sentiments sur ces sujets. Lina compense ce manque en veillant sur Siham. Elle l'accompagne à ses rendez-vous amoureux de plus en plus sérieux ...

    Les champs de bataille sont donc multiples, le conflit au Liban que l'on voit à travers ses conséquences (des combattants qui investissent l'immeuble, l'attente dans les caves lors des bombardements ...), mais aussi conflit au sein de la famille. Tout ceci est montré du point de vue de Lina. Sans dévoiler le film, elle va découvrir la cruauté du monde adulte, une découverte qui la fera passer dans le monde adulte ...
    Danielle Arbid a déjà réalisé des documentaires, dont le remarqué 'seule avec la guerre', sur le conflit libanais. Elle déclare que ce 1er film est le film le plus autobiographique qu'elle a réalisé (sans dire ce qui est sa propre histoire ou non), elle avait elle même 12 ans cette année là ... On pensera au 'West Beyrouth' de Ziad Doueri qui puisait lui aussi dans ces souvenirs de cette même période.

    Côté réalisation, Danielle Arbid cadre ses personnage très serré. La scène dans la voiture qui mène Lina et Siham accompagné de deux garçons à la plage est magnifique. L'atmosphère de cette guerre à la fois invisible et visible (à travers les ruines du voisinages, des combattants qui investissent l'immeuble...) est très bien rendue. Il se dégage aussi du film une certaine sensualité, comme un jeune homme qui prend le soleil sur son balcon. Le film associe une histoire autobiographique à un style très personnel dans la réalisation qu'il vous faut désormais découvrir par vous même (j'espère bien vous en avoir donner l'envie !)



- 14 Juin 04

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...