<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 Think Curious (le zata)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Paul Vecchiali
A vot'bon coeur (France, 2004)
Date de sortie française :
non fixée


     Un réalisateur essaye de monter un nouveau film, "la guêpe". Il essuie un énième échec devant la commission d'avance sur recettes. Les acteurs et équipe de la "guêpe" vont se venger sur les membres de cette commission, alors que sévit en ville, un jeune homme muet distribue autour de lui discrètement des enveloppes d'argent. L'actrice essaiera de séduire ce Robin des Bois providentiel pour le film ...

    Le réalisateur de "la guêpe" est bien entendu Paul Vecchiali, le réalisateur de "A vot'bon coeur". Et seul le justicier financier et ses heureuses victimes ne jouent pas leur propre rôle. Les autres personnages font partie de la famille cinématographique de Vecchiali devant la caméra comme en dehors. Les membres de la commission d'avance sur recette sont également les vrais membres (dont Jean-Claude Bouvet, fidèle acteur de Vecchiali). S'ils refusent l'avance pour "la guêpe" (vous devez vous douter de la décision pour 'A vot'bon coeur' ...), ils n'ont pas refuser leur temps pour jouer leur rôle. On les retrouve ainsi à débattre du projet soumis par Vecchiali, avec un écran divisé en neuf (comme dans un ancien jeu télévisé, l'académie des neuf !) et à donner leurs raisons ("du n'importe quoi ...", "toujours la même chose ...").

     Cette mise en abîme n'est pas la seule originalité de ce film (qui rappelle celle de 'la chose publique' de Mathieu Amalric), puisque cette histoire est aussi chantée. Toutes les chansons sont nostalgiques, comme le réalisateur qui revient sur son passé (scènes tournées au Kremlin-Bicêtre, évocation d'anciens films). Une mère pleure son petit garçon tombé dans la drogue (sujet du film "la guêpe"). Françoise Lebrun, la compagne du réalisateur chante sur un passé bien plus enthousiasmant que le présent.
     Souffrant de quelques défaut dus au budget (du son pas très audible sur certaines scènes...), le film est avant tout libre et très généreux, c'est bien là des qualités que l'on recherche. Ceux qui connaissent bien l'oeuvre très hétéroclite (il a abordé tous les genres) de ce réalisateur culte se régaleront encore plus, pour les autres (j'en fait partie), ils se lanceront dans des séances de rattrapage.


- 06 Juin 04

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...