<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 Think Curious (le zata)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Shinji Aoyama
Desert moon (Japon, 2001)
Date de sortie française :
17 octobre 2001


   Nagai est à la tête d'une start-up (décidément à la mode chez les japonais cette année, voir Unloved).Sa femme Akira a quitté le domicile conjugal avec leur fille, elle fait son bilan dans un hôtel de la ville. Nagai va engager Keechie, un mélange de truant et de gigolo pour retrouver sa femme(entre autre puisque sa mission est plus compliquée !). Keechie est lui même en pleine rupture par rapport à sa famille....
      Desert Moon tourne autour de ses 3 personnages et de leur interrogation sur ce que doit être la famille. Le film est ancré dans notre époque contemporaine, la start-up n'est pas innocente, Nagai, vit un peu dans le virtuel (il regarde sa famille sur un écran LCD de caméscope...). Shinji Ayoama aborde également la question de la propriété, sentimentale (possède t-on sa famille ?) et matérielle (un employé de Nagai parle de Napster ®, où la musique n'est plus un objet de possession...). Un des personnages explique que lorsque on obtient une chose désirée, elle devient alors une illusion. C'est ce qui arrive à ce chef d'entreprise pour sa famille mais aussi dans ses affaires... Le titre fait directement référence à cela, on désire la Lune, une fois dessus on se rend compte que ce n'est qu'un desert...

      Shinji Ayoama
revient donc à Cannes un an après le remarquable 'Eureka'. 'Desert Moon' ne suscite pas le même enthousiasme... Le film est très moralisateur, après un début qui laisse entrevoir un peu moins de manichéisme.... Le réalisateur déclare avoir voulu filmer la famille moderne de l'intérieur alors que 'Eureka' la traitait de l'extérieur. Mais j'ai eu quelques difficultés à rentrer pleinement dans cette famille justement !
      Le film est tout de même une pièce intéressante dans l'œuvre de Shinji Ayoama, le spéctateur a également de quoi cogiter. L'image est superbe (en couleur cette fois-ci !), la bande son est toujours irréprochable et de très bon goût (Jim O'Rourke encore une fois, aux cotés du 'Caroline, no' des Beach Boys et des Dub Narcotic Sound System). Le visage de Nagai vous sera peut être familier, Hiroshi Mikami a joué dans "Furyo" de Nagisa Oshima et dans 'Mishima'.
     Cela devient presque une banalité pour un réalisateur nippon de dire qu'il a été assistant de Kiyoshi Kurosawa et que le film est produit par Sento Takenori et sa compagnie Suncent Cinemaworks, mais certaines banalités sont parfois bonnes à rappeler !




  4 articles connexes, les 3 plus récents :
   •  Festival de Locarno "Edition 2008"
   •  Festival de Cannes "Le menu 2005"
   •  Kunitoshi Manda "the Tunnel (Anno...
   tous les articles sur / et autour de Shinji Aoyama ...
- 1er Juin 01

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...