<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 Think Curious (le zata)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Samamidon - But This Chicken Proved Falsehearted (Plug Research, USA, 2007)

samamidon
    Samamidon est la réunion de Sam Amidon et  Thomas Barlett, deux amis d'enfance qui jouent tous deux au sein de Doveman. Sam Amidon fait aussi partie des Stars Like Feas et Thomas Barlett de Chocolate Genius et Elysian Fields. 'But This Chicken Proved Falsehearted' regroupe des morceaux traditionnels appalaches, comme le merveilleux 'tribulation' de E.C. Ball. On trouve une exception, le 'head over heels' repris à la sauce folk aux Tears For Fears qui ne sont pas très apalaches, mais des anglais des 80's !
    La musique de Samidon est cimentée au banjo et au piano, puis entourée d'autres instruments (distorsions de guitares sur 'Levi' par exemple). La voix cassée de Sam Amidon se pose par-dessus ces compositions fragiles et délicates, dans la même famille d'un Josh Ritter. Cette folk saura toucher les oreilles sensibles. Cet album nous arrive par les têtes chercheuses et éclectiques de Plug Research, gage supplémentaire de qualité.
[11 Avr. 07, Jean-Marc]


  1 autre article sur Samamidon :
   • All is well

   • Samamidon
   • Plug Research
Amon Tobin - Fooley room (Ninja Tune, Grande-Bretagne, 2007)

Fooley room    'Foley room' désigne une salle destinée aux bruiteurs qui travaillent pour le cinéma ou les jeux. C'est par 'Splinter cell 3', jeu  dont il a composé la musique qu'Amon Tobin a découvert ce genre d'endroit. Cela lui a donné l'idée de changer de banque sonore, de ranger les vinyls pour puiser dans le monde extérieur qu'il soit minéral ou mécanique. On trouve ainsi dans la liste des collaborateurs des biologistes. Les insectes côtoient les moteurs vrombissants. Le spécialiste des beats a également convoqué le Kronos Quartet pour capturer le son de leurs instruments. Amon Tobin a malaxé cette nouvelle matière à la sauce de ses samplers pour livrer un nouveau bricolage, naturellement appelé 'Fooley room', qu'il vous reste à visiter les oreilles grandes ouvertes.
[13 Mars 07, Jean-Marc]


  2 autres articles sur Amon Tobin :
   • Splinter cell chaos theory soundtrack
   • Permutation
  1 article connexe :
   •  Murcof "Remembranza"
  2 autres articles sur Ninja Tune :
   •  Amon Tobin "Splinter cell chaos...
   •  Amon Tobin "Permutation"

   • Amon Tobin
   • Ninja Tune
Bacanal Intruder - Lulo (Eglantine records, Espagne, 2006)

bacanal intruder    Bacanal Intruder nous vient d'Espagne, via le label nordiste Eglantine records. Contrebassiste de métier, l'intrus aux fêtes de Bacchus se nomme Luis Solis. Dans cet opus, le 1e. signé sur un label, après de nombreux netlabels et CD-R, le musicien bricole une large palette d'instrument (guitare, contrebasse, un baby piano, un mélodica, une 'pen guitar', un casio pt-82...) et autres bruits. Le résultat n'est pas cacophonique, le bricoleur est un professionnel et 'Lulo' présente différentes ambiances très mélodieuses.
   Junpei
de Silencio, .Tape et Aitänna77 sont venus en renfort sur quelques titres. La pochette, signée Knapfla, est elle aussi bricolée avec différents collages et assemblages.
   Cette folktronica, cousine du travail de Pascal Comelade ou dans un registre plus electronica des anglais de Psapp, saura émoustiller vos oreilles curieuses.
[22 Janv. 07, Jean-Marc]


  1 autre article sur Bacanal Intruder :
   • Cantariolas
  1 article connexe :
   •  Various Artists "A découvrir...
  4 autres articles sur Eglantine records , les 3 plus récents :
   •  Bacanal Intruder "Cantariolas"
   •  Immune "Not until morning remixed"
   •  Immune "Not unitil morning"
   tous les articles sur Eglantine records...

   • Eglantine Records
Marsen Jules - Les fleurs (City Centre Offices, Allemagne, 2006)

Marsen Jules
   L'électronique de Marsen Jules est aérienne et légère. Les sons numériques y flottent dans une atmosphère mélancolique. Le musicien allemand utilise des instruments classiques échantillonnés, comme sur 'Datara' où l'on entend une guitare ainsi démultipliée (le résultat a un air de Durutti Column). Sa musique est très organique, on croirait écouter un orchestre. Il nous déclare que ses influences se nomment Brian Eno, Steve Reich, Philip Glass ou Arvo Pärt, des références incontournables en la matière. La légèreté de sa musique et les ambiances nous font évoquer Eric Satie. Parmi les artistes contemporains, Marsen Jules est à rapprocher du japonais Susumu Yokota, des russes Fizzarum et du mexicain Murcof.
    Son deuxième album sur City Centre Offices, après 'Herbstaub' en 2005, renferme huit morceaux aux titres floraux ('Anémone', 'coeur saignant' ou encore le bien nommé 'digitale pourpre', mais attention la digitaline de la fleur est un violent poison). Ses débuts sont disponibles en téléchargement libre sur le netlabel Autoplate où l'on trouvera 'Yara' et 'Lazy sunday funerals'.
[06 Juil. 06, Jean-Marc]


  1 autre article sur Marsen Jules :
   • Golden
  2 articles connexes :
   •  Lee Jones "Electronic Frank"
   •  krill.minima "Nautica"

   • Marsen Jules
   • City Centre Offices

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...