<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 Is it really so strange ? (the Smiths)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


John Porcellino - Moon lake trails (Ego Comme X, USA, 2006)

John Porcellino - Moon lake trails
diaporama
     John Porcellino édite depuis 1989 les 'King-Cat' comics, avec plus de soixante numéros à ce jour. Outre le caractère autobiographique, on est frappé par sa sensibilité. Il possède le sens de l'observation et de sa restitution. Des petits riens (titre du blog dessiné de Lewis Trondheim), prennent une tout autre dimension dans ses récits, des petits riens qui éclairent sur ses relations avec son environnement, humain et nature. La nature est en effet un élément central de ses histoires (voir également 'diary of a mosquito abatement man' édité par La Mano, prix Ignatz 2005 aux USA dans la catégorie anthologie). Il se dégage une poésie unique de ce travail sans fin, servi par un trait simple et figuratif, parfois incomplet (une main isolée sans le reste du corps, pour marquer son rôle), dans la même veine que Kochalka (autre amoureux de la nature dont Ego comme X prépare la traduction de 'American Elf') ou Ron Rege Jr.
    C'est tout ceci que nous retrouvons dans 'Moon lake trails' édité par Ego comme X dans notre langue (traduit par Alban R. de feu Stereoscomic), habillé de brun sur papier ivoire. Ce recueil regroupe plusieurs histoires où John Porcellino enfant passe dans l'adolescence, avec de nombreuses références musicales (Bob Dylan, Woody Guthrie, R.E.M., Hüsker Dü de Bob Mould...). Il aura fallu dix ans pour relire John Porcellino en français : c'était en 1995 dans le fanzine le Simo (édité par Joëlle Manix et Nylso) que Lolmède nous présentait son travail issu de 'King-Cat'. On l'avait aussi vu dans le 'set M' des 2 Watts Box de Bülb.
    Je recommande aux familiers de la langue anglaise, de vous fournir directement à la source : le poète dessinateur John Porcellino autoédite via son site la quasi-totalité de sa production à tout petit prix, après s'être régalé de cette version française bien entendu !
[29 Juin 06, Jean-Marc]


  4 autres articles sur John Porcellino , les 3 plus récents :
   • Map of my heart
   • Thoreau at Walden
   • King-Cat classix
  5 articles connexes, les 3 plus récents :
   •  Cole Johnson "Hush-Hush"
   •  Alec Longstreth "Phase 7"
   •  Sean Ford "Only skin"
   tous les articles sur / et autour de John Porcellino ...
  7 autres articles sur Ego Comme X , les 3 plus récents :
   •  James Kochalka "American Elf en...
   •  Vincent Vanoli "Brighton report"
   •  Pauline Martin "La meilleure du...
   tous les articles sur Ego Comme X...

   • John Porcellino
   • Ego Comme X
Collectif (revue) - Rhinocéros contre éléphant n.Pi (Tanibis, France, 2006)

Rhino contre éléphant numéro pi
diaporama
    Ce n'est pas un n°4 qui succède au n°3 de 'Rhinocéros contre éléphant', mais un n° Pi. La revue des éditions lyonnaises Thot l'Ibis (devenues Tanibis en 2005) avait reçu l'Alph'Art fanzine à Angoulême pour son n°3. Ce n° Pi est entièrement consacré aux mathématiques, une première dans le 9e. Art. La revue adopte le papier glacé et un dos carré avec 120 pages en noir et blanc,  quelques une en bichromie, feuilles de calque ou sérigraphiées ; du bel ouvrage bien mis en valeur avec une mise en pages soignée.
    Une vingtaine d'auteurs a fait le tour de la question (Pi*R). Le sommaire accueille également des photographes et des nouvellistes. Côté dessinateurs, on trouve bien entendu des traductions graphiques des mathématiques, comme un monsieur zéro qui navigue jusqu'à l'infini chez Fafé (Groinge), ou encore l'illustration de la réunion, appartenance, inclusion, intersection et implication de Laure Del Pino, un système de numérotation à base de corps humains pour Thierry Van Hasselt (du Frémok Nord). Les occupants de l'immeuble de Guillaume Long s'expriment en langage mathématique. Ivan Brun déroule une démonstration graphique sur un thème social. On trouve également quelques énigmes mathématiques : Ibn Al Rabin (un vrai spécialiste en la matière, on le retrouve aussi dans la contribution de Baladi) avec un thriller autour de racine de deux, Hervé Carrier sur la longue histoire du théorème de Fermat longtemps resté une énigme, ou encore la construction des pyramides égyptiennes chez Claude Amauger
    Oubliez vos mauvais souvenirs scolaires, laissez les calculettes de côté, ouvrez votre nouveau manuel de mathématiques,  'Rhinocéros contre éléphant n°Pi' !
[20 Juin 06, Jean-Marc]


  7 autres articles sur Tanibis , les 3 plus récents :
   •  Eric Drooker "Flood !"
   •  Alexandre Kha "L'attrapeur d'images"
   •  Sylvie Fontaine "Miss va-nu-pieds"
   tous les articles sur Tanibis...

   • Tanibis
Collectif - Ethique ? (Drozophile, Suisse, 2006)

collectif ethique
diaporama
    Plutôt que de traduire "thinking ethics", une réflexion issue de débats, répartie en cinq domaines, la consultante Beth Krasna a fait appel à cinq auteurs genevois pour une version française dessinée. Chacun s'est donc vu attribuer un domaine :
    Nadia Raviscioni nous livre sa vision de la performance et lexique, à savoir si la performance ne se situe pas dans le long terme...
    La conscience est le thème de Wazem, illustré par Mr Smith, un bonhomme (cousin graphique de l'inspecteur Moroni de Guy Delisle) rempli de bons sentiments... problème il n'a pas toujours conscience de ses actions, pas toujours bonnes...
    C'est un discours entre un personnage et sa mauvaise conscience incarnée par un petit ange diabolique (ou diable angelot) qu'utilise Tom Tirabosco pour nous parler de désobéissance...
    Isabelle Pralong avait pour mission d'illustrer éthique et direct, elle présente les dérives d'un blog au départ flatteur qui devient ravageur...
    Le pasticheur genevois (voir son personnage Zinzin...), Exem se voit confier le domaine de la connaissance. Des animaux (aux noms pastichés : Soft Bill, Volartis...) se disputent la découverte de l'étang magique.
L'éthique est un thème à la mode, des conseillers vendent grassement des expertises aux sociétés en mal d'image... Mais ce livre présente bien le sujet dans sa complexité et sa globalité et pose des questions (ne pas oublier le '?' du titre !) . L'aborder avec les cinq histoires et les cinq regards différents permet aussi de mettre cette fameuse éthique en situation. Voilà un collectif passionnant que nous livre le Drozophile, en bousculant les habitudes puisqu'il est imprimé en offset, mais la couleur et la fabrication restent éthique !
[09 Juin 06, Jean-Marc]


  5 autres articles sur Drozophile , les 3 plus récents :
   •  Collectif "Drozophile #7"
   •  Collectif "Drozophile #5"
   •  Collectif "Tati"
   tous les articles sur Drozophile...

   • Drozophile
Hope Larson - Gray horses (Oni press, USA, 2006)

Hope Larson - grey horses
diaporama
    Noémie quitte la France pour étudier les Arts en Indiana, à Onion City, ville jumelée à sa ville de Dijon. Elle emménage dans un petit appartement sur Montpelier avenue. Elle fait la connaissance de Anna à l'univesrité. Anna vit près de chez elle, au-dessus de la boulangerie familiale. Le jour, Noémie découvre son nouvel environnement, elle croise souvent un mystérieux photographe. La nuit, elle devient le cheval du papier peint de sa chambre, ce cheval vient à l'aide de Marcy, une petite fille qui fuit un incendie...
    Dans ce 2e. ouvrage, rêve et réalité interagissent, révèlent et construisent le destin de Noémie. Hope Larson nous parle également du dépaysement. Elle respecte la langue utilisée par Noémie : anglais pour communiquer ; français dans ses pensées et ses rêves (avec dans ce cas, la traduction en double [nb : une traduction assurée en partie par Mr. Hinah...]). Comme dans 'Salamender's dream', le lecteur sent les éléments (le soleil, le froid, le vent, le bruit d'une fontaine...) par des indications visuelles ou par des onomatopées. 'Gray horses' est publié en bichromie, orange pâle et noir (et mauve pour la couverture nocturne), des plus réussi. Hope Larson maîtrise l'art de son récit, conjuguant onirisme et réalité avec un dessin qui respire ses propos. A vous de chevaucher ce 'Grey horses', et de savoir s'il influencera vos rêves. C'est aussi une très bonne occasion pour ceux qui seraient frileux à l'idée de lire un ouvrage en anglais de franchir le pas .
[31 Mai 06, Jean-Marc]


  2 autres articles sur Hope Larson :
   • Gray horses en français
   • Salamander dream
  2 articles connexes :
   •  Lilli Carré "the Lagoon"
   •  oRSo "Roveretto"

   • Hope Larson
   • Oni Press

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...