<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 De nouvelles déviations apparaîtront. Les esprits curieux se renseigneront. Des caractères intraitables surgiront. (Sollers, Philippe)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Perry Ogden - Pavee Lackeen (Grande-Bretagne, 2006)

Perry Ogden - Pavee Lackeen
photos
    Perry Ogden s'intéresse depuis 15 ans aux Irish travellers, une communauté minoritaire au mode de vie nomade, dont les origines remontent au moyen âge. Il avait réalisé un reportage photographique ('poney kids') sur des enfants travellers qui s'occupaient d'un haras laissé à l'abandon. Plus tard il assistait avec son co-scénariste Mark Venner à des audiences au tribunal des enfants de Dublin où comparaissent de nombreux enfants traveller.
    Le photographe passant pour la première fois à la réalisation déclare avoir puisé dans les films 'Los olvidados' (1950) de Luis Buñuel à Mexico et 'Streetwise' (1980) à Seattle de Martin Bell lui-même inspiré par une série de photos de Mary Ellen Mark. Le résultat est à la frontière du documentaire, un documentaire qui nous décrirait le quotidien de Winnie, une jeune fille traveller. Si 'Pavee Lackeen' n'est pas formellement un documentaire, les acteurs sont quasiment tous issus de la communauté traveller et non professionnels à quelques exceptions près, et le récit met en exergue l'exclusion dont est victime ces gens du voyage. Sans jamais tomber dans le misérabilisme, Perry Ogden saisit les personnages avec son oeil de photographe. Le spectateur vit au rythme des espoirs et des désillusions de Winnie... 'Pavee Lackeen' a été remarqué dans de nombreux festivals, Venise, Toronto et récompensé à Londres (meilleur premier film) et à Manheim où il a reçu le prix Fassbinder.
[16 Mai 06, Jean-Marc]


   • Pavee Lackeen
Festival de Cannes - Le menu 2006 (Cannes, 2006)

Festival de Cannes 2006 affiche
photos
     Le rideau s'est levé sur le programme du prochain festival de Cannes, du 17 au 28 mai,  59e du nom, présidé par Wong Kar Waï, avec entre autres à ses côtés, les réalisateurs Elia Suleiman ('intervention divine') et Lucrecia Martel ('la niña santa').
    Les différentes sélections, les officielles, hors compétition et un certain regard ont été dévoilé depuis peu, en voici un tour d'horizon non exhaustif des 19 films en compétition, autant hors compétition et 25 dans 'un certain regard' (nb : les dates de sorties concernent la France).
    Commençons par les habitués récompensés, en premier lieu Nanni Moretti, le seul à avoir reçu la palme d'or en 2002 pour 'la chambre du fils' qui revient avec 'le caïman' déjà présenté dans ces colonnes (sortie le 22 mai). L'espagnol Pedro Almodovar présentera 'Volver' (sortie le 17 mai). Doublement récompensé en 2003 avec 'Uzak', le turc Nuri Bilge Ceylan revient avec son 4e film, 'les climats' (sortie 17 janvier 2007). On se souvient la polémique autour de 'l'humanité' de Bruno Dumont et son prix d'interprétation féminine. Son 4e film s'appelle 'Flandres' (sortie le 30 août). Le finlandais Aki Kaurismäki, grand prix en 2002 pour 'l'homme sans passé', avec cette fois-ci 'Les lumières du faubourg' (sortie 1er nov.). Le vétéran anglais Ken Loach sera présent avec 'le vent se lève' sur le conflit de l'indépendance irlandaise en 1919.
    Ceux-ci ont déjà connu la sélection officielle mais sans récompenses. Lou Ye présentera 'Palais d'été' sur la contestation étudiante chinoise du début des années 90 (sortie inconnue). L'italien Paolo Sorrentino sera de retour avec 'L'ami de la famille'.
    D'autres accèdent à la compétition officielle après d'autres sélections cannoises. Sofia Coppola, découverte par la quinzaine avec 'Virgin suicides', présente son 3e opus, 'Marie-Antoinette' (sortie 24 mai), film tourné en costumes en grande partie à Versailles. Un certain regard avait présenté 'Casa de lava', Pedro Costa vient cette année avec 'En avant jeunesse !' (sortie inconnue), tourné dans le quartier cap-verdien de Fontainhas dans la banlieue de Lisbonne. L'argentin Adrian Caetano accède en dernière minute (il était prévu dans un certain regard) à la sélection officielle avec 'Cronica de una fuga'.
     Richard Linklater fait coup double avec 'Fast food nation' (sortie inconnue, basé sur un roman d'Eric Schlosser) en compétition officielle et avec 'A scanner darkly' présenté dans un certain regard, adapté lui d'un roman de Phillip K. Dick,  rotoscopé comme l'était 'Waking life'. Le belge Lucas Belvaux, dont ont se souvient sa trilogie sortie (quasi)simultanément, présentera 'la raison du plus faible' (sortie 19 juillet).
   De nombreux films seront présentés hors compétition, de nombreuses grosses productions américaines que nous tairons ici, mais signalons dans cette catégorie, 'Transylvania' de Tony Gatlif (sortie le 4 oct.) et de 'Volevo solo vivere' de Mimmo Calopresti. Parlons également brièvement de la sélection 'Un certain regard' avec un oeil sur le tadjik Djamshed Usmonov, acteur dans 'la route' de Darejan Omirbaev. On y verra également un film collectif de 20 réalisateurs sur les 20 arrondissements parisiens, 'Paris je t'aime' (sortie le 21 juin). Retrouvez certains films dans les photos présentées ici.
[02 Mai 06, Jean-Marc]


  9 autres articles sur Festival de Cannes , les 3 plus récents :
   • menu 2009
   • Palmarès 2008
   • menu 2008
   tous les articles sur Festival de Cannes ...
  1 article connexe :
   •  Institut Lumière "Lumière 2009...
   tous les articles sur / et autour de Festival de Cannes ...

   • Cannes - Festival international du Film
   • Cannes - Quinzaine des Réalisateurs
   • Cannes - Semaine de la Critique
Joseph Morder - El cantor (Shellac, France, 2006)

El Cantor
photos
     William (Luis Rego) accueille son cousin excentrique Clovis (Lou Castel) qu'il n'a revu depuis plus de 30 ans, depuis son départ pour l'Amérique du Sud puis New York. Les raisons de son retour en Europe sont obscures et inquiètent Elizabeth (Françoise Michaud), la femme de William, qui vient de perdre son père.
    Ces raisons apparaîtront au fur et à mesure dans le film. Le cantor interprète des chants yiddish religieux et profanes. Les cantors ont connu leur âge d'or à l'époque du phonographe, période évoquée dans le film chez un disquaire havrais (puisque le film se déroule dans la ville portuaire du Havre, personnage significatif dans le film, un autre lieu révélé à la fin étant aussi primordial... ). Le grand-père de Clovis était un cantor, tout comme son père, cette tradition se perpétuant au fil des générations... mais Clovis ne suit pas la lignée et semble en souffrir (ainsi que les oreilles de ses voisins lorsqu'il essaye de chanter !). La particule hispanisante renvoie à l'Equateur où Clovis s'est exilé un temps ; c'est aussi le pays où est né le réalisateur Joseph Morder.
    Joseph Morder réalise son 1er long métrage de fiction, après de nombreux documentaires et oeuvres vidéos (comme son journal filmé depuis 1967, ou 'mémoires d'un juif tropical'). Il emploie ici le burlesque, en revendiquant un couple façon Laurel et Hardy avec Luis Rego et Lou Castel (tous deux acteurs chez Philippe Garrel). On entre dans le film par des télégrammes et un voyage en transatlantique, symboles d'un temps oublié dans notre époque contemporaine. Le sujet du film tourne autour de l'oubli (avec des scènes poignantes issues d'autres films vidéo de Joseph Morder) et autour d'une rupture dans une culture traditionnelle ... De la gravité donc, que le réalisateur sait présenter habillée de burlesque, avec des acteurs passants magistralement de l'un à l'autre.
[13 Avr. 06, Jean-Marc]


  1 autre article sur Shellac :
   •  Henri-François Imbert "Le temps des...

   • Shellac
Nanni Moretti - Le Caïman (Italie, 2006)

Le caïman - Nanni Moretti - Silvio Berlusconi
   Après un film purement dramatique, 'la chambre du fils' auréolé de la palme d'or en 2001, Nanni Moretti revient à un cinéma à caractère politique. Les prises de position politique marquent une bonne partie de sa filmographie et n'épargne aucun des différents camps. On se souvient de ses interrogations sur le parti communiste italien dans 'Palombella rossa' (1989), de son interprétation d'un politicien corrompu dans 'le porteur de serviette' (1991) de Daniele Luchetti sur les dérives de Bettino Craxi (socialiste), ou encore le climat politique entre la victoire de Silvio Berlusconi en 1994 et sa défaite en 1996 décrit dans 'Aprile' (98) , 2ème volet de son 'journal intime' (94).
    'Le caïman' raconte les difficultés d'une réalisatrice (Jasmin Trinca) et de son producteur (Silvio Orlando) à monter un film autour de Silvio Berlusconi. Ils partent à la recherche d'un acteur qui accepterait de jouer ce rôle. Nanni Moretti apparaît lui même en candidat acteur. Le film pamphlétaire est sorti en Italie deux semaines avant les élections du 9 et 10 avril. Il faudra attendre le 17 mai pour le voir de ce côté-ci des Alpes en période de festival de Cannes où il devrait faire partie de la sélection ...
[1er Avr. 06, Jean-Marc]


  2 autres articles sur Nanni Moretti :
   • La chambre du fils
   • Aprile
  8 articles connexes, les 3 plus récents :
   •  Rencontres cinémato. de Pézenas "48e...
   •  Festival de Locarno "Edition 2008"
   •  Nuri Bilge Ceylan "Les climats"
   tous les articles sur / et autour de Nanni Moretti ...

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...