<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 "Agitateur à but non lucratif" (le zata)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Philippe Poirier
Qu'est ce qui m'a pris (Microbe, France, 2004)

     
    Les deux têtes pensantes de Kat Onoma travaillaient déjà chacun de son côté avant la séparation officielle du groupe strasbourgeois. Rodolphe Burger avait monté la structure ‘dernière bande’, sorti des albums, multiplié les collaborations et écritures (l’écrivain Olivier Cadiot, Jeanne Balibar ... ). L’autre pôle Philippe Poirier avait proposé ses services à Françoiz Breut, Dani, Zend Avesta (services qu’il reprend ici avec 2 morceaux) et signé deux albums, “qui donne les coups” (1998) et “Automne six” l’année dernière avec Stephan Schneider (To Rococo Rot, Kreidler).

    Il poursuit cette collaboration avec la moitié des To Rococo Rot avec qui il partage la production. On retrouve la touche electronica allemande avec des boucles et samples bruitistes discrets qui se marrie très bien avec la guitare et le saxophone de Philippe Poirier. Autre présence d’outre rhin, les deux membres de Tarwater prêtent leur voix et musique sur ‘où étions nous’ (chanté en anglais et français, en duo avec le maître des lieux). L’équilibre eléctronique / organique est rétabli avec la présence d’anciens musiciens de Kat Onoma (Guy Brickel, Pascal Benoit, Marco de Oliveira). L’équilibre est / ouest est lui assuré par le nantais Dominique A. qui pose sa voix aux côtés des samples de Stephan Schneider et le saxophone de Ph. Poirier sur ‘gouvernance’, dont il a écrit le texte. Enfin, la dernière collaboration de ce disque est à chercher du côté de la pochette, illustrée par Fabio Viscogliosi (déssinateur / musicien, comme Ph. Poirier d’ailleurs puisqu’il réalise aussi des illustrations de couvertures pour la jeunesse).

illustration Toniduran
(à agrandir !)
    Les textes sont des petites nouvelles, réalistes ou surréalistes (comme “qu’est ce qui m’a pris” ... où il est question d’un cheval, animal récurrent chez les 2 pôles de Kat Onoma [cheval mouvement, cheval jungle ...]). Des textes dictés d’une douce voix monocorde dans la tradition du chanté / parlé.

    L’ensemble est paisible, calme et posé. Tous ces mélanges fonctionnent très bien, un parfait équilibre. Voilà un album expérimental qui passe l’examen de l’oreille et de l’âme : l’album est un long songe où l’on voudrait rester, des ambiances feutrées à écouter dans 'une chambre en trempant dans le thé des langues de chat' ...


  2 articles connexes :
   •  Pascal Benoit "Acid beach"
   •  Anotret "L'absence dort entre les...

   • Microbe records
- 19 Janv. 05

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...