<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 There were kurious oranj (Mark E.Smith, the Fall)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Benoît Jacquot - A tout de suite (France, 2004)

    Une étudiante aux Beaux-Arts (Isild le Besco) rompt avec un amour étudiant. Avec sa copine qui partage clandestinement la chambre de l'appartement bourgeois qu'elle occupe avec son père divorcé et sa soeur, elle rencontre le soir même un maghrébin (Ouassini Embarek), voyou de Belleville et connaît le coup de foudre. Le voyou passe au gangstérisme en braquant une banque et la jeune fille quitte tout pour le suivre dans sa cavale. Ils partiront avec un complice et sa compagne (une autre "voyoute") pour le Sud, l'Espagne, le Maroc. Après l'insouciance vient le temps de la méfiance et de la traque. La peur s'installe, et elle pose alors la question d'une éventuelle séparation. L'éventualité deviendra réalité à la douane grecque. Lui la perdra alors démunie dans une ville sans repères.
    Benoît Jacquot adapte une histoire vraie qu'il a découvert dans une émission télévisée. Il filme l'essentiel allant au plus proche du personnage principal et de ses émotions. Ils n'ont pas de prénoms. 'A tout de suite' est l'histoire de "elle et lui", puis de "elle sans lui". Ce film tourné avec une économie de moyens en noir et blanc (en DV, également bien pratique pour raccorder des images d'époque [1975]) a été vécu comme pour un 1er film déclare Benoît Jacquot (cf les Cahiers du Cinéma n°596). Il renouvelle aussi le genre de la cavale amoureuse (comme 'Roberto Succo' avec la même actrice) en restant avec "elle".
[05 Janv. 05, Jean-Marc]


  2 autres articles sur Benoît Jacquot :
   • Villa Amalia
   • Rétrospective à la Cinémathèque...
André Téchiné - Les temps qui changent (France, 2004)

    Les personnages des "temps qui changent" se cachent tous derrière une fausse façade pour masquer leurs soucis existentiels. A Tanger, Cécile (C. Deneuve) anime une émission de dédicaces à la radio mais ne communique plus avec son mari médecin (qui lui se réfugie dans sa piscine quand ce n'est pas avec l'alcool), ni avec son fils qu'elle accueille à l'aéroport avec sa compagne Nadia (Lubna Azabal). Lui cherchera à voir Bilal, son jeune amant tangérois dans la maison (véritable forteresse) qu'il garde à l'année. Nadia veut rencontrer sa soeur jumelle malgré le fossé qui les sépare (l'une mère célibataire toxicomane, l'autre ancrée dans la religion et ses traditions). Les candidats à l'immigration en Europe se cachent eux dans la forêt en attendant leur départ clandestin. Seul Antoine (G. Depardieu) déclare clairement ses intentions. Il vient d'obtenir sa mutation à Tanger comme responsable d'un vaste chantier. Il retrouve Cécile son premier (et seul) amour 30 ans après et lui annonce qu'il est déterminé à regagner son coeur...
    André Téchiné retourne à Tanger (voir 'Loin') et réunit deux monstres du cinéma français pas si souvent à la même affiche (la dernière fois remonte à 1988 avec F. Dupeyron, mais on se souviendra plus du 'dernier métro' de François Truffaut en 1980). Cette affiche ne répond pas à une logique de production "commerciale" (ce n'est pas le genre de la maison Paulo Branco), mais renforce l'histoire du film. Il faut également dire que C. Deneuve était restée fidèle à Téchiné qui lui même n'est pas du genre infidèle (on retrouve à l'écran Lubna Azabal [loin] et à l'écriture un compagnon de longue date Pascal Bonitzer).
    Alors un premier amour peut-il devenir un dernier amour? comme questionne l'affiche...
[31 Dec. 04, Jean-Marc]


  5 autres articles sur André Téchiné , les 3 plus récents :
   • La fille du RER
   • Les témoins
   • Les égarés
   tous les articles sur André Téchiné ...
Arnaud Desplechin - Rois et reine (France, 2004)

    Nora (Emmanuelle Devos), une galeriste d'arts va se marier avec le 3ème homme de sa vie. Ismael (Mathieu Amalric) un violoniste dans un quatuor est en prises avec une série de déboires, poursuivi par le fisc et par des infirmiers psychiatrique. Il est épaulé par un curieux avocat junkie (Hyppolite [putain] Girardot) et une non moins étrange psychiatre. Le film avance séparément sur ces deux personnages pour se croiser lorsque l'on aborde le passé de Nora qui refait surface à l'occasion de la maladie de son père (Maurice Garrel) ...
    Arnaud Desplechin réalise une grande fresque où se mêlent tragédie et burlesque (Mathieu Amalric le roi des boufons, et des danseurs hip-hop... et une série de personnages hauts en couleurs comme l'avocat ou son père [Jean Paul Roussillon]), mythologie et modernité (voir le "radio-guidage" de l'assistant de Nora). Il nous montre la vie, ses "bulles" et ses "lignes droites" (voir l'explication dans le film) et fait parler les morts ... Il maîtrise très bien son sujet en rendant cet entrecroisement de personnages limpide, avec un grand soucis du détail et une galerie de personnages secondaires qui éclairent les sujets principaux. Le film vient d'obtenir le prix Louis Delluc 2004.
[20 Dec. 04, Jean-Marc]


  4 autres articles sur Arnaud Desplechin , les 3 plus récents :
   • Conte de Noël, Roubaix !
   • Leo, en jouant...
   • Esther Kahn
  4 articles connexes, les 3 plus récents :
   •  Jean-Paul Roussillon "Décès ..."
   •  John Porcellino "Thoreau at Walden"
   •  Festival de Cannes "menu 2008"
   tous les articles sur / et autour de Arnaud Desplechin ...
Vincente Minnelli - Intégral au centre Pompidou (Paris) (Centre Pompidou, USA, 2004)

   Vincente Minnelli a grandi dans un théâtre musical itinérant, le Minnelli Brothers que dirigeait son père. Plus tard il devient metteur en scène de spectacle sur Broadway, tremplin pour Hollywood. Il y travaillera pour la Metro Goldwin Meyer. Il tourne son 1er film, "Cabin in the sky" [1943] avec Louis Armstrong. Il poursuivra dans la comédie musicale avec Fred Astaire, Gene Kelly, Judy Garland et Leslie Caron. Le genre qui lui apportera la notoriété ("Un américain à Paris" [1951]), mais ne s'y cantonne pas en passant à la réalisation de mélodrames : "Les ensorcelés" [1952] dépeint l'univers de pouvoir et de trahison à Hollywood, "Lust for life" [1956] avec Kirk Douglas en Van Gogh, "Some came runing" (comme un torrent) [1958] réunit Dean Martin (“Dino”) et Franck Sinatra. Vincente Minnelli est un réalisateur majeur, perfectionniste de la mise en scène jouant et maîtrisant parfaitement la couleur alors à ses débuts. Le centre Pompidou propose pour la 1ère fois en France l'intégrale de ses films du 1er décembre au 17 janvier [voir l'agenda des projection]
[1er Dec. 04, Jean-Marc]


  3 autres articles sur Centre Pompidou :
   •  Atom Egoyan "Rétrospective intégrale"
   •  Bill Viola "Big bang"
   •  Rainer Werner Fassbinder ...

   • Centre Pompidou (Beaubourg) - Paris

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...