<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 De nouvelles déviations apparaîtront. Les esprits curieux se renseigneront. Des caractères intraitables surgiront. (Sollers, Philippe)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Pollyanna
Whatever they say I'm a princess (Eglantine records, France, 2004)


   Pollyanna
est un groupe français, plus exactement un duo qui rassemble une chanteuse - guitariste (Isabelle Casier) et d'un guitariste - batteur (David Lopez). Les guitares folks donnent le ton aux compositions chantées en anglais, sans que l’on ne décèle les origines hexagonales (une performance suffisamment rare dans les productions musicales françaises pour le souligner !). Quelques titres voient l'usage supplémentaire d'un violon (très réussi). Les textes tournent autour de l’âme humaine et des relations avec les autres, l’autre et soi même (toutes ces relations sont compliquées et tortueuses). La sensibilité est proche des song-writers américain(e)s, on pensera à Shannon Wright en moins électrique ou encore à Jessica Baillif. Ces talents d’écritures avaient d’ailleurs été remarqués par Françoiz Breut qui avait fait appel à Isabelle Casier pour un titre (‘Departures’). La chanteuse avait aussi bénéficié de la bienveillance de Dominique A. qui avait accueilli John (son ancien groupe) sur quelques dates de sa tournée en 1999.

   Les perles de cet album précieux se nomment ‘Frankenstein’, ‘Goodbye’ ou encore ‘Song for a room’ (‘... not for spotlights and saturday nights...’). L’ambiance pourra paraître sombre et triste lors des premières écoutes (la pop-folk ne se résume pas à ces ambiances... oublions les préjugés sur les genres musicaux... et puis oublions les étiquettes de genre d'ailleurs !). Pollyanna s’en défendend eux-mêmes à juste titre. On trouve parfois dans leurs ballades des notes plus joyeuses comme un refrain enjoué sur 'Frankenstein', appuyé par un certain amusement dans les paroles (‘I felt so close to this bionic freak and his plastic nose...’).

   Et puis de toute manière vous pourrez bien dire ce que vous voudrez à Pollyanna, ‘Whatever they say, I’m a princess’ comme le dit le titre. Optimisme que partage le groupe avec l’héroïne de roman éponyme plus connu aux Etats-Unis (cette petite orpheline n’y perd jamais sa foi dans le ‘Bien’ et tout s’y termine toujours très bien). Oui bien sûr il faut voir dans cette parenté une relation bien plus ambigüe, la musique de Pollyanna est bien plus complexe et ne se réduit pas à une seule dimension.


  1 autre article sur Pollyanna :
   • On concrete
  4 articles connexes, les 3 plus récents :
   •  Various Artists "A découvrir...
   •  Pollyanna "On concrete"
   •  Pokett "Peak"
   tous les articles sur / et autour de Pollyanna ...
  4 autres articles sur Eglantine records , les 3 plus récents :
   •  Bacanal Intruder "Cantariolas"
   •  Immune "Not until morning remixed"
   •  Immune "Not unitil morning"
   tous les articles sur Eglantine records...

   • Pollyanna
   • Eglantine Records
- 28 Aou. 04

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...