<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 Bizarre, vous avez dit bizarre. Comme c'est étrange. (Louis Jouvet)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Bertrand Burgalat
the Sssound of mmmusic (Tricatel, France, 2000)


   Cet album est loin d'être le coup d'essai musical du bonhomme. A la fin des 80's on le retrouvait dans une formation d'origine slovaque, Laibach. Ses travaux de productions sont également nombreux et l'ont conduit à monter un label. Tricatel n'est plus seulement l'usine de la mal-bouffe de "l'aile et la cuisse" mais un creuset pour la musique que l'on écoute de préférence dans des fauteuils profonds et moelleux, la "lounge musique". Avec l'album composé pour Valérie Lemercier, alors sa compagne, Bertrant Burgalat popularisait le genre 'easy listening' dans l'hexagone. Il est également à l'origine de l'album de poésies sonores de Michel Houellebecq. Toujours sur le catalogue Tricatel, on a pu le voir sur scène à la basse aux cotés de la délicieuse April March, une américaine qui manipule des textes ambigus aussi bien en français qu'en anglais. En septembre, le label Bungalow rendait un hommage avec 'the genius op' où l'on découvrait les amis du dandy musicien ainsi que des morceaux signés Bertrand qui préfiguraient ce 1er album. C'est également un producteur prisé, on notera ses collaborations avec Katerine ou la dernière en date sur certains morceaux des Pizzicato 5 de l'album 'çà et là' à paraître en janvier prochain.

illustration zata à partir
d'une photo Inrockuptibles

   Bertrand Burgalat est un curieux qui se laissent porter par diverses influences, de la bossa brésilienne, au son des années 70's, à une certaine chanson française en passant par l'électronique récente. Tout ceci est digéré dans son 1er album. Pour les morceaux chantés, sa voix fragile accompagne les douces mélodies, et se rapproche de certaines compositions d'Henri Salvador (*), jusqu'au timbre de sa voix (surtout dans 'le pays imaginaire'). Au hasard de l'actualité, on les retrouve tous 2 réunis dans un interview judicieusement croisé par Magic!. Voilà qui nous ramène à Copacabana puisque Henri Salvador a lui même influencé (aux cotés de Ray Ventura dans les 40's) la bossa de Jão Gilberto.
Les textes de Burgalat tout comme la musique peuvent paraître naïfs mais mais sont emprunts de nostalgie ou de mélancolie (encore la bossa...) et mélés d'un certain humour ("si je me rencontrais au coin de la rue, je me dirais 'bonjour Bertrand...", ou dans certains titres Attention amiante').

   Toutes proportions gardées, on peut rapprocher Burgalat de Gainsbourg, producteurs, songwriters et influencés par leurs muses (Valérie Lemercier dans le rôle de Jane Birkin), et surtout tous 2 de véritables esthètes de la musique.
   Le studio de Burgalat doit être un vaste bric à brac, avec du matériel récent mais aussi du traditionnel et des claviers des années 70's (des Moogs, des orgues Farfisa). Mais il va plus loin que la récente vague électronique en ajoutant sa sensibilité et une dose de chanson française, ces initiales B.B. signent finalement un album post french-touch.

(*) l'album d'Henri Salvador s'appelle 'Chambre sur vue' édité par Source. à lire également un interview dans le n°28 de Vibrations, enfin on le retrouve en duo sur l'album de Karl Zéro (Naïve).


  2 autres articles sur Bertrand Burgalat :
   • Chéri BB
   • the Genius op'
  2 articles connexes :
   •  Arnaud & Jean-Marie Larrieu "Les...
   •  Various Artists "C'est merveilleux...
  1 autre article sur Tricatel :
   •  Bertrand Burgalat "Chéri BB"

   • Tricatel
- 1er Nov. 00

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...