<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 De nouvelles déviations apparaîtront. Les esprits curieux se renseigneront. Des caractères intraitables surgiront. (Sollers, Philippe)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Daniel Schmid
Berezina (Suisse, 2000)


Irina, une jeune femme qui a quitté sa Russie natale pour la Suisse, se retrouve sous la "bienveillance" d'une styliste de mode d'un certain âge, Charlotte De (interprétée par Géraldine Chaplin). Si celle ci n'avait pas été une femme, on aurait pu la qualifier de 'mac'. En effet Irina utilise ses charmes slaves auprès des membres influents suisse que lui présente sa "protectrice" avec la promesse de la nationalité helvétique à la clef. C'est ainsi qu'elle récupère les confidences d'un général, d'un conseillers fédéral ou encore d'un directeur de banque. Ses informations sont mis à profit par Charlotte De pour placer un jeune avocat carriériste sur qui elle mise...

    Voilà pour le début de ce film, bien sûr l'imprévu interviendra dans ce plan machiavélique, et les arroseurs pourraient bien être arrosés... C'est véritablement un pamphlet cinématographie sur la Suisse que signe Daniel Schmid. Les symboles helvétiques sont tournés en dérision, et pas seulement les coucous (on les retrouve chez la famille restée en Russie avec une maquette d'avion Swissair, un corps des Alpes etc...), mais ses institutions... La jeune russe arrive bien naïve dans ce qu'elle croit être le paradis. Il en a l'inaccessibilité (désolé je n'ai pas trouvé plus simple...), mais pas vraiment les autres caractéristiques... Irina devient plus suisse qu'une véritable suissesse en apprenant l'histoire et les traditions du pays, ce n'est pas suffisant pour obtenir le fameux passeport rouge à la croix blanche...
   Ce film est une superbe comédie où l'on rit beaucoup, où se l'on se moque également beaucoup. Et puis finalement il n'est pas nécessaire de connaître parfaitement la Suisse pour en apprécier les qualités, l'histoire a un petit coté universelle... Berezina (sous titré 'les derniers jours de la Suisse') n'est pas sans rappeler l'esprit des anciennes comédies à l'italienne. A noter que ce film avait reçu en août dernier un accueil chaleureux (aussi bien critique que public) au festival de Locarno.




  3 articles connexes :
   •  Rencontres cinémato. de Pézenas "48e...
   •  Rétrospective cinéma Suisse "Je me...
   •  Festival de Fribourg "Programme...
- 1er Mars 00

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...