<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 On n'est curieux qu'à proportion qu'on est instruit (Jean-Jacques Rousseau)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Mario Monicelli
Le pigeon (i soliti ignoti) (Italie, 1958)


Memmo Carotenuto & V.Gassman    Après une tentative de larcin bien maladroite, Cosimo se retrouve à la prison de Rome. Un bon coup parvient à ses oreilles, il essaye d'endosser sa peine à un "pigeon", Peppe (Vittorio Gassman) un boxeur qui ne gagne pas souvent. Du coup tous deux se retrouvent derrière les barreaux et Peppe réussit à connaître le fameux bon plan. A leur sortie, le décidément maladroit Cosimo finit sous un tramway coursé après un vol à la tire. Peppe peut donc se consacrer à sa petite entreprise. Il monte pour cela une équipe, Tiberio (Marcello Mastroianni) un photographe qui nourrit sa famille en attendant la sortie de prison de sa femme, Ferribotte un sicilien, Mario un orphelin (qui s'intéresse d'avantage à la sœur du sicilien...) et Dante Cruciani (Toto) un expert en coffre-forts. Le butin convoité est celui du mont-de-piété, accessible par à un appartement mitoyen. Pour cela Peppe est chargé de séduire la bonne de ces lieux. C'est plutôt une équipe de "bras cassés" que de véritables voleurs. La route jusqu'au coffre-fort est semé d'embûches et les scènes comiques s'enchaînent avec une limpidité remarquable. Sans trop dévoiler l'issue, la fin passera (Italie oblige) par une bonne assiette de pâtes (et même là leur maladresse reprendra le dessus...)
Gassman, Mastroianni & Toto
    Le pigeon est une œuvre charnière du cinéma italien à plus d'un titre. Il préfigure la série des "comédies à l'italienne" des années 60 ("la vielle dame et son argent" de Luigi Commencini et "Affreux, sales et méchants" d'Ettore Scola pour ne citer qu'eux). Certes on rit beaucoup dans ces comédies, mais elles dénoncent une réalité sociale et politique. Le sujet du pigeon n'est autre que des pauvres qui volent d'autres pauvres, des "habituels inconnus" (le titre en italien), sous-entendu ceux qui occupent les pages faits-divers des journaux. Elle montre une Italie qui souffrait à la sortie de la guerre (voir 'Mon frère' à ce sujet), et la volonté d'en sortir (c'est également le sujet du plus dramatique 'voleur de bicyclette', autre chef d'oeuvre...). Les personnages de ce film pourraient sortir des 'nouvelles romaines' qu'écrivait Moravia quelques années auparavant.
   Ce film est aussi la révélation de Vittorio Gassman imposé par Monicelli à une production qui n'en voulait pas. On connaît la suite de sa carrière, un géant !. C'est également les quasi-débuts de Claudia Cardinale (la sœur de Ferribotte, amoureuse de Mario). Toute cette jeune génération (Marcello Mastroianni avant ses films felliniens) se retrouvait aux cotés de l'expérimenté Toto (une sorte de passage de témoin).
   Monicelli déclarait que ce film avait été monté comme une parodie d'un film français de l'époque 'Du rififi chez les hommes' de Jules Dassin, qui lui montrait un casse parfait. Avec Age et Scarpelli, qui scénarisaient jusqu'alors des films sans autre prétentions que de faire de l'argent, tout ce petit monde signait là un bijou du cinéma, et plaçait l'Italie aux devants du 7ème art...
V.Gassman Renato Salvatori & Claudia Cardinale



  1 autre article sur Mario Monicelli :
   • Rétrospective à la Cinémathèque
  3 articles connexes :
   •  Cinémathèque Française "Comédie à...
   •  Nino Manfredi "Ciao Nino"
   •  Joel & Ethan Coen "the Ladykillers"

   • Mario Monicelli
- 1er Sept. 00

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...