<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 "Agitateur de curiosités" (Un géant du commerce)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Alexander Payne
About Schmidt (USA, 2002)


   Warren Schmidt prend sa retraite de statisticien dans une compagnie d'assurance. Désormais son poste est occupé par un jeune loup de l'entreprise qui commence par faire table rase du travail de Mr Schmidt. A la maison sa retraite ne s'annonce pas beaucoup mieux, sa femme l'insupporte au plus au point, enfin jusqu'à ce qu'elle succombe à une crise cardiaque. Désormais Mr Schmidt vit seul dans sa maison, et se propose un challenge éviter le mariage de sa fille à un vendeur de matelas à eau, pas du tout le gendre dont il rêvait... Il essaye de la retenir lors des obsèques, mais celle-ci rentre chez elle à des centaines de kilomètres. Qu'importe, il décide de prendre le large avec le camion de camping, cadeau surprise de sa femme pour sa retraite pour essayer de se retrouver en retournant sur les lieux de son enfance...

     Ce film adapté d'un roman de Louis Begley, est le 3ème long métrage d'Alexander Payne ('Citizen Ruth' en 96 et 'L'arriviste' en 99). Les personnages sont haut en couleurs, avec par exemple la mère de son gendre, divorcée par deux fois et aux mœurs et recettes surprenantes (rendez-vous dans un jacuzzi...). Le film est vu par Mr Schmidt, et ses commentaires en voix off, ainsi que des lettres qu'il envoie à un tanzanien qu'il finance par le biais d'une organisation humanitaire. Le décalage entre le contenu des lettres et de la voix off et la réalité est énorme, et l'on rit beaucoup de ces situations. Jack Nicholson rend très bien la part de naïveté et l'aveuglement de son personnage.
    Pris au second degré, ce film n'épargne pas l'Amérique et c'est même un portrait au vitriol de cette Amérique et de ses valeurs (famille, histoire...). Mr Schmidt est sûr de lui, passe son temps à critiquer les autres sans faire une autocritique... Il reste dans un monde restreint (son quartier, son travail...), et devient ridicule hors de ses petites frontières. Il essaye de se donner bonne conscience pour 22$ par mois (on le voit par exemple joindre la brochure sur un musée de l'histoire américaine dans un courrier !). Derrière le comique des situations, se cache un discours bien plus profond...



  1 article connexe :
   •  Xan Cassavetes "Z Channel : a...
- 1er Juin 02

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...