<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 "Agitateur de curiosités" (Un géant du commerce)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Torelli R. & Giusti M.
Bella ciao (Italie, 2002)


    En juillet dernier se tenait le sommet du G8 à Gêne qui réunissait les 8 dirigeants des états les plus riche de notre petite planète. Les mouvements anti-mondialisation étaient également présents, tenus loin de la zone du sommet, transformée en camp retranché. La rencontre des manifestants et des forces de police s'est mal passée, comme précédemment à Québec ou à Nice avec une montée dans la répression et la mort d'un jeune italien, Carlo Guliani, touché par une balle. La prise d'une école transformée en centre de presse indépendant et contestataire (entre autres par indymedia) était une autre preuve de la violence et de la brutalité de la police génoise.
    Bella Ciao revient sur ces événements tragiques, avec des images brutes sans autres commentaires. Une indication permet de situer l'heure et le lieu en début de chaque séquence. Le titre Bella Ciao est emprunté à un chant populaire italien sur un partisan luttant contre un occupant. Ce qui nous amène à la bande son, signée par la fille du producteur, avec des morceaux très énergiques, Rage Against the Machine, Sonic Youth, et bien entendu "chanteur officiel de l'anti-mondialisation", Manu Chao. Le documentaire contient également quelques extraits d'interviews, des témoignages pris sur le vif.
    Ce documentaire est co-réalisé par un journaliste de la Rai, ce qui lui a valut quelques soucis avec sa chaîne... Ce film est précieux pour le travail de mémoire avec des aspects peu montrés, comme des polices sans véritable commandement. On voit également les fameux black-blocks agir très librement, sans répression policière, parfois si proche et en surnombre que l'on peut se poser quelques questions... Des questions que la justice italienne ne s'est pas posé, c'est le combat du père de Carlo Giulani, présent lors de la projection à Cannes.
   A noter que le festival présentait un autre film sur ces événements 'Carlo Giulani, ragazzo' de Francesca Commencini, avec le point de vue de sa mère.



- 1er Juin 02

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...