<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 On n'est curieux qu'à proportion qu'on est instruit (Jean-Jacques Rousseau)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Im Kwon-Taek
Ivre de femmes et de peinture (Corée du Sud, 2002)
Date de sortie française :
27 nov. 2002


    Celui qui est ivre de femmes et de peinture se nomme Ohwon, un peintre qui a vécu en Corée au XIXème siècle. Enfant, un maître de la peinture, Kim Byung-Moon l'arrache à la rue et à la misère. Il participera à son éducation artistique. Plus tard Ohwon partira et parcourra les chemins coréens à la recherche de sa propre voie, avec un jeune disciple qui l'accompagne. Des femmes croiseront sa route, pour la plupart des prostituées. Ohwon connaît le succès auprès des amateurs (jusqu'au Japon) et même du peuple. On lui confie une place de peintre officiel du pouvoir en place. Il reprendra une vie plus dépouillée pour se renouveler, Ohwon n'aime pas les concessions, même si cela doit lui attirer quelques ennuis...

   Im Kwon-Taek s'est inspiré de la vie d'un peintre existant, en adaptant le scénario pour son film. 'Chunhyang', son précédent long métrage était très riche visuellement, une véritable toile animée, pas étonnant de le retrouver sur un tel sujet. Là aussi les couleurs sont magnifiques, la reconstitution de l'époque (décor, costume et musique, - très importante chez Im Kwon-Taek) est très réussie. Il va plus loin en filmant le processus de la création, un vol d'oiseau est transformé en peinture sous nos yeux, tout comme des bourgeons et feuilles d'arbres (sujet classique de la peinture traditionnelle coréenne). Présentes au même titre que la peinture, les femmes influencent et stimulent le peintre (je veux parler artistiquement !). Cette note d'érotisme stimule également le spectateur...
     Im Kwon-Taek nous présente un artiste qui va au bout de son Art en refusant les compromis, on ne peut qu'adhérer à cette vision. Le film nécessite toute l'attention du spectateur, pas facile de suivre tous les (nombreux) personnages , d'autant plus que tout le monde n'est pas familier avec l'histoire coréenne. La solution existe, aller voir le film deux fois, comme il faut parfois plus de temps devant une grande fresque picturale.




  2 autres articles sur Im Kwon-Taek :
   • Souvenirs
   • Chunhyang
  1 article connexe :
   •  Mostra 2004 "1ère partie : Asie"
- 1er Juin 02

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...