<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 Bizarre, vous avez dit bizarre. Comme c'est étrange. (Louis Jouvet)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Anthony & Joseph Russo
Welcome to Collinwood (USA, 2002)
Date de sortie française :
4 décembre 2002


    Ce film est un remake du 'pigeon' ('I soliti ignoti') de Mario Monicelli. En 1958, il réunissait deux générations du cinéma italien, Victorio Gassman, Marcello Mastroiani, Claudia Cardinale alors jeunes premiers, avec un monstre sacré, Toto.
   Je ne vous raconterai pas une nouvelle fois le scénario, voir le pigeon' . Parlons des différences entre les deux films séparés par quasiment un demi-siècle ! Les frères Russo pour leur 1er film, ont insisté sur le coté burlesque du film, en utilisant des techniques du cinéma d'avant guerre, comme des iris, ou des cartons filmés en guise de titres.
  Au niveau de l'histoire on note quelques adaptations, la fin n'est pas 100% identique à l'original, le film de Monicelli évoquant la situation particulière d'après guerre (l'Italie était alors en crise).
   Coté casting, on trouve des figures du cinéma indépendant américain et une guest star, George Clooney en spécialiste des coffres-forts (le rôle tenu par Toto en 1958). Mais rien ne fera oublier la fameuse équipe originale du pigeon !
    La différence la plus gênante vient du coté sentimental très en retrait dans 'welcome to Collinwood'. Les frères Russo passent rapidement sur les relations amoureuses qui s'installent entre les différents personnages. Cette nouvelle version est beaucoup moins subtile que son aînée ! En conclusion, ce film n'est qu'une curiosité qui ne détrônera pas le chef d'œuvre de Monicelli, si ce film pouvait faire découvrir l'original à un plus grand nombre.



- 1er Juin 02

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...