<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 "Agitateur à but non lucratif" (le zata)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Kiyoshi Kurosawa
Bright future (Japon, 2003)
Date de sortie française :
2 février 2004



   
Yuji et Mamoru sont très liés. Ils partagent travail, appartement et leur désoeuvrement. Mamoru élève une méduse vénéneuse qu'il espère adapter à l'eau douce. Mr Fujiwara, le patron de la blanchisserie qui les emploie essaye de gagner leur amitié. Il leur propose un contrat stable. Mais il se fâche avec Mamoru... Une idée traverse la tête de Yuji qui révèle ses fréquentes "visions" à son ami. Il projette de tuer Mr Fujiwara et sa famille. Le soir quand il se rend dans la maison de son patron, il découvre les cadavres.. Son ami emprisonné, Yuji se charge de sa méduse. Il fera la rencontre du père de Mamoru. Le vieil homme collecte de vieux objets et les répare..

    Le très prolifique Kiyoshi Kurosawa (un film par an), revient à Cannes par la grande porte après "Kaïro" présenté en certain regard il y a deux ans. Ne vous fiez pas au titre du film, "Bright future" est un film sombre, un film noir. L'attitude des deux jeunes est très punk, ils ne voient pas leur futur. Yuji le voit littéralement, mais il est destructeur. Après la folie du crime (thème cher à K.Kurosawa, voir "Cure"), le père de Mamoru (nb interprété par l'acteur de "l'empire des sens") tentera de donner un but à Yuji, de le sortir de son désoeuvrement (il lui dit "tu me fais honte à vagabonder comme cela"). Les personnes âgées du film sont liées aux valeurs du travail et ne comprennent pas la jeune génération..Kiyoshi Kurosawa présente une nouvelle fois un Tokyo oppressant, comme il l'était dans "Kaïro", les méduses n'ont qu'une idée, quitter la mégapole nippone.

    Visuellement le film est très réussi, l'image est terne (obtenue en DV), les plans avec la méduse rouge dans son eau bleue contrastent.
    Kiyoshi Kurosawa
marque ses films d'une forte identité visuelle, souvent en jonglant avec des économies de moyens. "Bright Future" est de ces films là, sans atteindre la dimension de "Cure" ou "Charisma".
bright bright bright



  1 autre article sur Kiyoshi Kurosawa :
   • Kaïro
  3 articles connexes :
   •  Festival de Cannes "menu 2008"
   •  Kunitoshi Manda "the Tunnel (Anno...
   •  Kunitoshi Manda "Unloved"
- 1er Juil. 03

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...