<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 There were kurious oranj (Mark E.Smith, the Fall)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Bent Hamer
Kitchen stories (Norvège, 2003)
Date de sortie française :
17 déc. 2003


    Dans les années 50, un institut de recherche suédois entreprend des travaux pour trouver la cuisine idéale (nous sommes bien dans l'après guerre et sa recherche d'idéal...). Près d'une vingtaine d'enquêteurs se voit attribuer une caravane aménagée (avec toute l'ingéniosité que l'on connaît au suédois, voir la célèbre marque de mobilier jaune et bleue...). Direction la Norvège voisine, plus rurale, où se trouve plus d'hommes célibataires, puisque c'est le cœur de cible de cette étude. Folke investit donc la cuisine d'un vieux fermier, Isak qui ne se montre pas très coopératif... La situation s'inverse même quand Isak perce un trou dans le plancher du 1er étage pour observer l'observateur perché au sommet de sa chaise, un croisement entre une chaise d'arbitre de tennis et une chaise pour bambin. Folke se réfugie et se console avec des colis alimentaires de sa tante qu'il déguste dans sa caravane installée dans la cours de la ferme ... Mais bientôt les deux hommes vont apprendre à se connaître, à se comprendre et devenir de véritables amis. Folke descend de sa chaise pour s'asseoir à table avec Isak, et déroge à la rigueur de l'observation demandée aux observateurs (il ne faut pas influencer ce que l'on étudie, c'est une règle scientifique !).
    Sur le papier, ce film ne semble pas très excitant... une enquête scientifique dans les années 50 dans un milieu rural, exclusivement masculin... Et bien il faut pas se fier au papier, le film est d'une drôlerie très bien dosée avec une certaine poésie. Les différents personnages sont tous haut en couleur. On voit ainsi le chef de l'institut venir relever les résultats à bord d'un avion plus dévolu à la fête qu'à la recherche scientifique. L'humour de Kitchen stories est nordique (on est pas loin de l'univers de Aki Kaurismaki), sur des situations coquaces, voir absurdes, peu de dialogues, des gags purement visuels. La poésie n'est jamais très loin, nichée dans de petits détails, comme le décor du paravent de Isak lorsqu'il prend son bain.

    Le film aborde l'amitié masculine, la volonté d'uniformisation. On voit aussi en arrière plan les relations entre les deux pays voisins, la Suède apparaissant comme arrogante face à la Norvège moins développée. Ce film n'est pas simplement un bon moment, il est bien plus riche que cela. Son interprétation est magnifique, les deux acteurs tiennent le film sur leurs épaules (nb Tomas Nostrom (Folke) a un petit air de ressemblance avec Jimmy Corrigan de Chris Ware , vérifiez par vous-même en passant la souris sur l'image de l'acteur...).
    Ben Hamer livre ici son 3ème film après un très remarqué "Egg" (présent à la quinzaine en 1995). Il a monté sa société de production pour mener à bien son projet dans un pays où le cinéma reste marginal.
     A la sortie de "Kitchen stories", ne vous fiez donc pas à son résumé. Vous savez désormais que les cuisines norvégiennes révèlent de véritables trésors cinématographiques, et méritent bien les 3 toques au guide du zata !




  1 autre article sur Bent Hamer :
   • La nouvelle vie de Mr Horten
- 1er Juin 03

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...