<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 Think Curious (le zata)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Sylvain Chomet
Les triplettes de Belleville (Canada-France, 2003)
Date de sortie française :
12 juin 2003


triplettes    Madame Souza élève un petit garçon plutôt solitaire, Champion. Elle cherche ce qui pourrait intéresser le petit, après un chien Bruno, elle découvre sa passion pour les courses cyclistes. Madame Souza, malgré son pied bot se transforme en redoutable entraîneur et toute la petite famille plonge dans le vélo. On les retrouve quelques années plus tard au tour de France. Champion peine dans un col, il est proche de la voiture balai occupée par Madame Souza qui soutient son poulain. Après un sabotage de la voiture balai, Champion et deux autres coureurs sont mystérieusement enlevés..Madame Souza ne baisse pas les bras. Aidée par le flair de Bruno elle retrouve la trace de Champion, la piste la mène de l'autre côté de l'océan, à Belleville. Elle trouvera de l'aide avec les "Triplettes de Belleville", un trio de chanteuses des années 30 en retraite.
triplettes
triplettes
triplettes

    On connaissait le savoir-faire et la sensibilité de Sylvain Chomet, grâce au court-métrage "la vielle dame et les pigeons", lauréat au festival d'Annecy en 1997. Il passe brillamment au long. Le film est très rythmé, il s'enchaine très bien. Bien sûr le film est très drôle, mais il est aussi ponctué par des séquences oniriques (rêvées par Bruno, réalisées en 3D), ou des moments plus mélancoliques. Singularité du film, il n'y a aucun dialogue, juste des sons d'ambiances, des bruitages et surtout une musique fabuleuse très jazzy (on voit un hommage à Django Reinhard, ou encore Charles Trenet dans la "séquence télévisée" du début). "Les triplettes de Belleville" puise aussi du coté de l'animation (les installations mécaniques pourraient sortir des studio Aardman), mais aussi du cinéma traditionnel (les films muets comiques de Keaton ou Chaplin, mais aussi chez Jacques Tati).
 
  Visuellement les personnages sont très stylisés, et leurs expressions sont très réussies. Quant aux décors, ils sont superbes, Belleville est très influencé par le trait de Nicolas de Crecy. Ce dernier avait travaillé sur "la vielle dame et les pigeons", les deux hommes ont collaboré sur des bandes dessinées ("Léon la came"), mais se sont depuis fâchés (N. De Crecy a lui aussi son projet de long métrage d'animation...).
Différentes techniques ont été employées, sans être une débauche de technologie, je vous parlais de séquences en 3D, il y a égalemen quelques insertions d'images vidéos.

    Voilà donc un excellent film d'animation pour tous les nombreux amateurs du genre dont vous faites certainement partie. 




  1 article connexe :
   •  Nicolas de Crécy "L'orgue de...
- 1er Juin 03

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...