<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 Is it really so strange ? (the Smiths)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


David Sylvian
Dead bees on a cake (Virgin UK, Grande-Bretagne, 1999)

Un petit retour en arrière s'impose surtout pour les plus jeunes d'entre vous, puisqu'il faut remonter en 1974. J'ai du moi même consulté les archives et les anciens, je ne m'intéressait pas encore à la musique à cette époque... Donc en 74, David Bowie bousculait le paysage musical avec des airs efféminés et un bonne dose de maquillage. C'est dans ce contexte que David Sylvian a repris les recettes de Bowie et formait Japan. Leur carrière est restée discrète jusqu'à la sortie de 'Gentlemen take polaroïds' en 82. La voix bien sûr en fait une bonne partie du charme, une voix extra-terrestre, très singulière. Le groupe se sépare sur ce succès, et malgré une tentative de reformation en 89 (sous le nom de Rain Tree Crow et un single tout à fait honorable 'black water'), David Sylvian choisira la voix solitaire. Enfin pas exactement puisqu'il signera bon nombre de collaborations, Robert Fripp le guitariste, ou encore Ruychi Sakamoto qui lui sera fidèle par la suite. Il lui devra aussi sa rencontre avec celle qui deviendra sa femme Ingrid Chavez sur le superbe single 'heartbeat'.
Mais David Sylvian se faisait rare ces derniers temps, c'était pour mieux peaufiner ce 'dead bees on a cake' sur lequel il travaillait depuis 95... Ce disque est une ôde au calme, à la sérénité, à la sagesse. On dirait que David Sylvian a fait un pas vers la plénitude Sa famille, son exil aux USA (il est anglais) y sont pour beaucoup.
    Bien sûr la voix impressionne toujours autant, mais cela n'explique pas entièrement l'atmosphère qui s'en dégage. Les influences viennent de partout entre modernité et ancienneté voir tradition puisque 'Praise' est un chant religieux, chanté par une femme indienne sacrée, Shree Maa (également professeur de David Sylvian...). 'I surrender' est un morceau très soul qu'il déclare avoir fait spécialement pour sa femme qui affectionne ce genre. Talvin Singh signe les percussions sur quelques morceaux, Ruychi Sakamoto (je vous ai dit qu'il était fidèle !) est également au générique (plus spécialement aux machines et aux arrangements). Pour clore le chapitre invités, il a aussi fait appel à la famille puisque Mme Sylvian, alias Ingrid Chavez partage les vocaux de 'Café Europa' et son frère, seul rescapé des Japan est aux percussions.
    Voilà encore un mot sur la pochette, les photographies sont d'Anton Corbijn, le design de Russel Mills (qui si je ne me trompe pas signait quelques pochettes de 4AD, l'esprit en est proche d'ailleurs).
   Alors il ne vous reste plus qu'à jouer les abeilles en vue d'un gâteau... laissez vous prendre au piège, il est délicieux !
Crédit photo : D.R. (nova mag 03/99)


  4 autres articles sur David Sylvian , les 3 plus récents :
   • Manafon
   • the Good son vs the only daughter
   • Everything & Nothing
  2 articles connexes :
   •  Nine Horses "Money for all ep"
   •  Sylvain Chauveau "Down to the bone"
   tous les articles sur / et autour de David Sylvian ...
  1 autre article sur Virgin UK :
   •  David Sylvian "Everything & Nothing"

   • David Sylvian
- 1er Juin 99

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...