<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 De nouvelles déviations apparaîtront. Les esprits curieux se renseigneront. Des caractères intraitables surgiront. (Sollers, Philippe)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Joel & Ethan Coen - A serious man (USA, 2010)

Joel et Ethan Coen - A serious man
photos
  Que faire lorsque tout semble lier contre vous, lorsque la vie devient une succession de tracas qui ne vous lâchent plus. Larry Gopnick professeur de physique dans un lycée du Minnesota va chercher les réponses dans sa religion, le judaïsme. Mais aucun des trois rabbins consultés ne lui apporte de réponse sur sa malchance chronique (un schlemiel ou scoumoune sous d'autres cieux). La nuit ne lui porte également pas conseil ; au contraire des cauchemars le perdent encore plus en interprétations sur ses ennuis. Arthur, son frère autiste croit lui avoir percé le mystère la "kabbale", la description de l'Univers et la communication avec son créateur rien de moins. Son fils Danny, dont on prépare la bar-mitsva, lui se réfugie dans Jefferson Airplanes (nous sommes en 1967 [ndlr : Larry pourrait lui écouter "why does the rain" des Weather Prophets de Peter Astor ... ) et dans des substances tout aussi planantes ... Mais Larry reste sans réponses ...

   Sans têtes d'affiche, les frères Coen livrent avec ‘a serious man’ une nouvelle comédie lente et désopilante. Rêves et réalité se succèdent pour avancer ... vers un autre mystère météorologique (et comme dirait Pierre Dac "la prévision est difficile surtout quand elle concerne l'avenir", tout aussi difficile que les interrogations métaphysiques de Larry). Les Coen abordent pour la première fois la religion, avec cette famille juive dans une Amérique profonde (surtout un des voisins, très américain profond), leur film le plus personnel. Les Coen ne sont pas du genre à se torturer avec leurs tracas ; ils ont trouvé la solution, les mettre en scène et les filmer.
[23 Fev. 10, Jean-Marc]


  6 autres articles sur Joel & Ethan Coen , les 3 plus récents :
   • No country for old men
   • the Ladykillers
   • The man who wasn't there
   tous les articles sur Joel & Ethan Coen ...
  3 articles connexes :
   •  Festival de Cannes "menu 2007"
   •  Terry Zwigoff "Bad Santa"
   •  Festival de Cannes "Le menu Cannes...
   tous les articles sur / et autour de Joel & Ethan Coen ...
Rencontres cinémato. de Pézenas - 48e édition, la Suisse invitée (F.C.C.M., France, 2010)

Rencontre cinématograhiques de Pezenas - suisse
   La Fédération des cinés-clubs de la Méditerranée organisent les 48e rencontres cinématographiques de Pézenas (Languedoc). Cette année, la Suisse y sera à l'honneur, en pays voisin et multiculturel (le patois romand n'est il pas aussi de la famille des langues d'Oc !). D'hier et d'aujourd'hui, un large panorama du cinéma helvète sera présenté, avec les membres du groupe des 5 (Alain Tanner, Claude Goretta, Francis Reusser, Michel Soutter et Yves Yersin), Daniel Schmid, Fredi M. Murer, ainsi que les contemporains Jean-Stéphane Bron, Ursula Meier, Dominique de Rivaz ...
    Un autre volet sera consacré à Nanni Moretti, à travers ses films et une présentation par Jean Gili (éminent spécialiste du cinéma italien, co-organisateur du festival du cinéma italien d'Annecy). Ces rencontres reviendront sur la "retirada" et la guerre d'Espagne avec notamment un documentaire de la jeune suissesse octogénaire Jacqueline Veuve.
   Voilà un programme bien alléchant, à compléter par présence de Jean-Luc Bideau et la possible venue de Alain Tanner. Pézenas se met à l'heure Suisse du 19 au 25 février.
[1er Fev. 10, Jean-Marc]


   • Rencontres cinémato. de Pézenas
Jacques Rivette - 36 vues du pic Saint Loup (France, 2009)

Jacques Rivette - 36 vues du Pic Saint Loup
photos
  Vittorio (Sergio Castellito), au volant de son bolide décapotable à destination de l'Espagne, tombe sur une troupe de cirque dans les contreforts du pays Cévenol, près du Pic Saint-Loup. Kate (Jane Birkin) vient de réintégrer la petite entreprise familiale auprès de sa soeur, après le décès de leur père. Séduit par Kate, Vittorio rentre dans les secrets qui animent ou plutôt qui inhibent certains personnages. Il essaye de comprendre pourquoi Kate avait été chassé du cirque par son père, avec l'aide notamment de Clémence (Jules-Marie Parmentier), la nièce de Kate, ainsi que les clowns (André Marcon et Jacques Bonnafé).
   Après une parenthèse pour une adaptation historique, Jacques Rivette pose de nouveau un secret au centre de son film. Comme, il l'était déjà dans ‘Va savoir’, Sergio Castellito, personnage étranger, léger jusqu'au clownesque, va aider les victimes morales à s'en défaire. Sans dévoiler l'intrigue du film, la première scène est une métaphore du film. Vittorio dépanne mystérieusement, sans un mot, Kate restée au bord de la route sans qu'elle ne comprenne comment il est arrivé à ce résultat. Le film est une suite de petits riens, de subtilités, de jeux de langage que donne Rivette au spectateur. Le tout représente la lente et complexe guérison de Kate. Comme les artistes du cirque dans la ronde de la piste, et comme la troupe autour du Pic Saint-Loup, Rivette tourne autour du secret. Parmi les secrets du réalisateur, il faut chercher du côté des acteurs, une fidèle troupe, et un langage ajusté au millimètre. Sur le Pic Saint-Loup, il faut ajouter qu'il fait l'objet d'une légende d'un dépit amoureux... et que Robert Crumb, autre fringant vieillard, réside dans cette région depuis son exil en France, voir son portfolio ‘vues de Sauve’ (encore une question de vues !).
[30 Oct. 09, Jean-Marc]


  1 autre article sur Jacques Rivette :
   • Ne touchez pas la hache
  2 articles connexes :
   •  Eric Rohmer "1920-2010"
   •  Mostra de Venise "Edition 2009"
Festival de Locarno - Edition 2009 (Suisse, 2009)

Festival de Locarno 2009    Le 62e. festival du film de Locarno se déroule du 5 au 15 août. Parmi la programmation concoctée par Frédéric Maire, on trouve en compétition le Canadien Bernard Emond avec ‘la donation’, les français Laurent Perreau pour ‘l'insurgée’avec Michel Piccoli, Sarah Leonor avec ‘au voleur’ avec Guillaume Depardieu, Eugène Green avec ‘a religiosa portuguesa’ et le film franco-suisse de Frédéric Mermoud, ‘complice’.
    Les projection de la Piazza Grande accueilleront entre autres ‘my stister keeper’ de Nick Cassavetes, ‘la guerre des fils de lumière ...’ de Amos Gitaï, ‘les derniers jours du monde’ des frères Larrieu (sortie hexagonale à la mi août), ‘Gulias Verschwinden’ du Suisse Christoph Schaub avec Bruno Ganz, ‘les yeux de Simone’ de son compatriote Helvète Jean-Louis Porchet avec Irène Jacob.
    Signalons Pascal Bonitzer et Hong Sangsoo parmi le jury, ainsi qu'une rétrospective autour du manga d'animation durant cette édition. Le 7e Art sera Tessinois en août, avant son escale de septembre à Venise.
[30 Juil. 09, Jean-Marc]


  1 autre article sur Festival de Locarno :
   • Edition 2008

   • Festival de Locarno

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...