<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 On n'est curieux qu'à proportion qu'on est instruit (Jean-Jacques Rousseau)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Sardine Sucrée - Fanzine et exposition (Sardine Sucrée, Suisse, 2009)

Sardine sucrée - Genève BD
diaporama
   La Sardine Sucrée, jeune collectif de bande dessinée genevois s'apprête à sortir le 2e. numéro de son fanzine éponyme. Outre les auteurs de la sardine, on trouve à son sommaire des participations d'ainés de renom, Bouzard, Frederick Peeters, Guillaume Long, Nancy Pena, Mano Solo, Macchia, Joëlle Isoz, soit au total 23 auteurs.
   Un vernissage aura lieu le vendredi 16.01 à partir de 19h30 à la Galerie (quartier des grottes, Genève), avec une animation assurée par une partie de la fabrique de fanzine (Y. Levasseur, Novello et A. Kündig) ainsi qu'un concert de Francesco and co, entrée libre. L'exposition des travaux des membres de la Sardine Sucrée (ADC, Babache, Buster Yañez, Giom, Johan, Mathias, Neio, Olivier, Schilling, Rana, Simon.D, Tristan, Thomas.B, Virgile, Willy Ténia, Noya) durera jusqu'au 06.02 [vous trouverez en diaporama un petit aperçu], avec la possibilité de trouver le fanzine. Voilà qui prouve la vitalité de la cité de Töpffer en la matière ; après le Drozophile, Atrabile, Bülb, Hécatombes, voici la nouvelle vague venue du bord du lac ! [ndlr : il faudra que je vous parle du Poulaié crew, rappelez-le-moi].
[10 Janv. 09, Jean-Marc]

Sylvie Fontaine - Miss va-nu-pieds (Tanibis, France, 2008)

Sylvie Fontaine - Miss va-nu-pieds
diaporama
   Miss va-nu-pieds jette tous les livres qu'elle a lu et décide de se confronter au monde qui l'entoure. Elle va découvrir l'amour et très vite la déception. Fuyant sa déprime et cherchant son équilibre, elle parcoure une ville tantôt déserte, tantôt bondée, trouve des trappes qui la mèneront dans une étrange forêt dont il faut apprivoiser les éléments ...
   On connaît le goût de Sylvie Fontaine pour les transformations. Ici, Miss va-nu-pieds traverse les évolutions du monde extérieur tout en cherchant son intérieur. Seul personnage à la figure bien ronde, elle ne semble pas décidée à gommer ses différences et cultive l'insolence et sa naïveté. Miss va-nu-pieds est une version revisitée de ‘Alice au pays des merveilles’. Réalisé comme un flip-book, avec un dessin par page, Sylvie Fontaine développe son style graphique géométrique et composé de motifs, proche d'un univers à la Moebius. On écoutera bien entendu Patti Smith et son ‘dancing barefoot’ à sa lecture.

A noter que des illustrations, peintures et planches de Sylvie Fontaine sont exposées à la bibliothèque du 1e. arr. de Lyon, avec des travaux d'autres locataires de Tanibis, comme Ivan Brun et Alexandre Kha du 4 au 28 nov. (vernissage le 14.11 à 18h30). u
[30 Oct. 08, Jean-Marc]


  2 autres articles sur Sylvie Fontaine :
   • Exposition à Lyon (correctif date)
   • Le poulet du Dimanche
  7 autres articles sur Tanibis , les 3 plus récents :
   •  Eric Drooker "Flood !"
   •  Alexandre Kha "L'attrapeur d'images"
   •  Alexandre Kha "Souvenirs de poche"
   tous les articles sur Tanibis...

   • Tanibis
Charles Burns - El Borbah (Cornélius, USA, 2008)

Charles Burns - El Borbah
diaporama
   Cornélius ré-édite ‘El Borbah’ de Charles Burns. Né dans les colonnes du magazine Raw en 1982, puis dans Heavy Metal, il avait été édité en France aux Humanoïdes Associés en 85 et sous le titre utilisé pour son édition américaine (Pantheon books), ‘Defective stories’ chez Albin Michel en 89. Cornélius conserve la traduction originelle de Jean-Luc Fromental, avec une bonne galerie d'injures et des expressions en argot que l'on ne trouvera pas dans le Larousse !
    ‘El Borbah’ est un catcheur reconverti en détective privé, sans avoir rangé son costume au placard. Charles Burns imagine un univers semi-réaliste, semi-fantastique peuplé d'androïdes, de chercheurs fous, de sectes secrètes ... un univers aussi noir que son dessin. Inspiré par les catcheurs mexicains, lecteur avide du magazine "lucha libre" (lire le dossier en fin d'album), Charles Burns présente un personnage très politiquement (et religieusement) incorrect, ingurgitant du tex-mex, des alcools et des cigarettes à longueur de planches et ne se fiant qu'à sa voiture rutilante, sa pouliche. Bienvenue dans les entrailles des bas-fonds, qu'ouvrent avec la méthode forte ‘El Borbah’. Bienvenue dans cet album sorti des entrailles de l'édition par Cornélius avec son professionnalisme légendaire.
[14 Oct. 08, Jean-Marc]


  6 autres articles sur Charles Burns , les 3 plus récents :
   • Permagel
   • Black hole au cinéma
   • One eye
   tous les articles sur Charles Burns ...
  17 articles connexes, les 3 plus récents :
   •  Art Spiegelman "Be a nose !"
   •  Lilli Carré "the Lagoon"
   •  Collectif "Le tendon revolver"
   tous les articles sur / et autour de Charles Burns ...
  5 autres articles sur Cornélius , les 3 plus récents :
   •  Charles Berberian "Sacha"
   •  Daniel Clowes "20th century...
   •  Robert Crumb "Mes problèmes avec les...
   tous les articles sur Cornélius...

   • Charles - Goon Squad Burns
   • Cornélius (éditions)
Laurent Dandoy - Hypoxie (Employé du moi (l'), Belgique, 2008)

Laurent Dandoy - Hypoxie
diaporama
   Autobiographique, ‘Hypoxie’ nous entraîne dans les dédales de l'hôpital, aussi bien architecturaux que mentaux. Victime d'essoufflements, Laurent Dandoy, membre de l'employé du moi, auteur du ‘crépuscule des ballons de foot’, doit s'en remettre à l'hôpital bruxellois. L'hypoxie, un manque d'apport d'oxygène aux cellules musculaires, est alors diagnostiquée. Il doit garder la chambre pour une observation et des examens et décide de consigner ses mésaventures sur des carnets. Son séjour se déroule à côté d'un vieux monsieur maghrébin habitué à l'établissement et à toutes les bonnes combines ...
    Dessiné au fil du traitement, l'ouvrage traverse les interrogations de l'auteur sur sa santé, le fonctionnement de l'hôpital, ses aberrations, avec une bonne dose d'humour venant de son voisin malgré son état, ou encore du burlesque (voir le branle-bas pour les examens). Le dessinateur reprend ses esquisses au lavis, et s'affranchit de la mise en page sans délimitation de cases. Le récit respire ainsi, gardant la fraîcheur de l'instant (tout le contraire de l'hypoxie !). Si Laurent Dandoy ne sort pas tout à fait le même de ce court séjour, il en va de même pour le lecteur (sans les odeurs d'éther ...), tout ce que l'on attend d'un bon livre !
[06 Oct. 08, Jean-Marc]


  1 article connexe :
   •  Judith et Marinette (nouv.journal)...
  23 autres articles sur Employé du moi (l'), les 3 plus récents :
   •  Alexandre De Mothé "Du sang sous le...
   •  Collectif "Radio GrandPapier"
   •  Cole Johnson "Hush-Hush"
   tous les articles sur Employé du moi (l')...

   • Laurent Dandoy
   • Employé du moi (l')

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...