<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 There were kurious oranj (Mark E.Smith, the Fall)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Collectif - Polyominos (Employé du moi (l'), Belgique, 2007)

Polyominos - collectif Employé du moi
diaporama
   Durant la 4e quinzaine de la bande dessinée de Bruxelles 07, 20 auteurs ont répondu à l'appel de Cédric Manche et Jérôme Poloczek. Ils ont imaginé le principe de ‘Polyominos’ (un terme mathématique), livrer une planche de 20 cases muettes, d'en arranger l'ordre pour une seconde planche. Toutes les planches sont en gaufrier (il en existe des fameuses en Belgique : les waffles !) 4 par 5. Outre les deux initiateurs, Tony Papin, Max de Radiguès, Claude Desmedt, Laurent Dandoy, Pierre Maurel, Matt Broesma, Pascal Matthey, Sacha Goerg etc, ont jonglé avec les cases et livré deux récits différents. 
   Exposées en juin dernier, les planches sont éditées par l'Employé du moi, dans un bel ouvrage, avec un sommaire et un index, eux aussi "gaufrés". Disponible lors l'exposition en Belgique, ‘Polyominos’ arrive dans l'hexagone pour un prix [très raisonnables], l'équivalent de quelques waffles !
[27 Oct. 07, Jean-Marc]


  23 autres articles sur Employé du moi (l'), les 3 plus récents :
   •  Alexandre De Mothé "Du sang sous le...
   •  Collectif "Radio GrandPapier"
   •  Cole Johnson "Hush-Hush"
   tous les articles sur Employé du moi (l')...

   • Employé du moi (l')
Xavier Robel + Helge Reumann - Elvis Road (Buenaventura Press, Suisse, 2007)

Elvis road - Studio Elvis
diaporama
    Tout d'abord éditée à Zurich chez Pipifax, cette seconde édition de ‘Elvis Road’ nous arrive d'outre-Atlantique. Ses deux auteurs, Helge Reumann et Xavier Robel, réunis au sein de Studio Elvis (physiquement à quelques encablures du jet d'eau de Genève), avaient été repérés par l'éditeur Buenaventura Press dans la luxueuse revue ‘Kramer's Ergot’.
    ‘Elvis Road’ ne se feuillette pas, il se déplie, avec une feuille unique pliée en accordéon deux douzaines de fois. C'est une fresque de 7,2 m. que l'on a sous les yeux ; enfin si votre intérieur le permet, sinon, on le déroulera en extérieur ; rassurez-vous l'ouvrage peut aussi se lire de manière conventionnelle. Sur cette route dessinée au crayon papier à 4 mains, vous croiserez 8433 personnages, dont 763 issues du 9e Art ou de l'animation (la famille Disney étant représentée en ligne directe, ou déjà clonée par d'autres comme MS Bastian). Restons dans les chiffres, 3546 véhicules circulent, flottent, s'emboutissent ou coulent autour de 1847 constructions. Ce monde underground grouille de toute part, et ses occupants bousculés, passants de Carybde en Scylla. On découvre même les sous-terrains avec des plans de coupe, comme pouvaient le faire les heureux visiteurs d'expositions présentant leurs maquettes à démonter.
    Chaussez vos lunettes et entrez dans l'univers de nos deux architectes undergrounds avec cet inépuisable ‘Elvis Road’.
[23 Sept. 07, Jean-Marc]


  1 autre article sur Xavier Robel + Helge Reumann :
   • Exposition NYC

   • Buenaventura press
Mawil - the Band (6 Pieds sous Terre, Allemagne, 2007)

Mawil - the Band
diaporama
    Le dessinateur berlinois Mawil, connu de ce côté du Rhin pour ‘On peut toujours rester amis’ et ‘Safari plage’ déjà aux 6 Pieds sous Terre, revient sur sa période musicale. Le lycéen Mawil, comme beaucoup d'autres (lycéens), a rêvé de percer dans le milieu et comme déjà beaucoup moins d'autres, il s'est attelé à cette tâche en joignant à la basse et au chant, plusieurs groupes, International Known (hip hop), Tin Melk et la Pompe Noire (rock), des teenages band dirait on de l'autre côté de l'Atlantique !

    ’the Band’ est donc un récit à la 1ere personne de ces années, des péripéties des différents groupes, les départs et arrivées de membres, les concerts, les répétitions entre un grenier sous-chauffé et les caves d'une église. Si l'espoir était de devenir (riche et) célèbre, Mawil savait que l'aventure était vouée à l'échec, le but principal étant d'occuper le temps entre amis. Tout ceci pour dire que le récit n'est pas pédant, bien au contraire, il est rempli d'humour et d'auto-dérision (puisqu'il s'agit d'autobiographie).
   Côté graphique, outre des personnages aux airs de famille Simpsons (cela reste de l'influence, et non de la copie), la composition s'affranchit des traditionnelles cases et l'on a droit à deux pages en dessin subjectif (nous sommes à sa place lors d'un concert !).

    Si la réussite musicale n'est pas venue, les cieux sont plus favorables à Mawil dans le 9e Art. Qu'il se rassure également, sa carrière musicale n'est peut-être pas terminée, bon nombre de dessinateurs laisse parfois leurs crayons pour des instruments (Vuillemin pour rester dans l'électrique ou Robert Crumb, Charles Berberian, Lewis Trondheim côté acoustique ; cette liste est très loin d'être exhaustive, de quoi faire de nombreux groupes !).
[21 Aou. 07, Jean-Marc]


  1 autre article sur Mawil :
   • Welcome home
  1 article connexe :
   •  Collectif "J'ai 20 ans et le monde...
  12 autres articles sur 6 Pieds sous Terre , les 3 plus récents :
   •  Collectif (revue) "Jade 606u"
   •  Mawil "Welcome home"
   •  Collectif (revue) "Jade #456U"
   tous les articles sur 6 Pieds sous Terre...

   • 6 Pieds sous Terre éditions
David Libens - Les dunes (avec Philippe Vanderheyden) (Employé du moi (l'), Belgique, 2007)

David Libens - les dunes
diaporama
    Éric travaille comme encodeur dans une entreprise. Il est chargé d'enregistrer la mémoire de son employeur, un archiviste numérique en quelque sorte. Lorsqu'il rentre chez lui, il essaye d'éviter son voisin insistant pour lui vendre du matériel vidéo. Mais ce n'est pas la seule chose qu'il évite ... il ne souhaite pas répondre à son père qui lui demande de l'aide pour son déménagement. Ce présent ouvre de nouveau des cicatrices du passé, des souvenirs qu'il a du mal à archiver en quelque sorte ...

    Le retour au passé se fera progressivement, avec des flashs-backs intégrés au présent très réussi. On voir Éric jouant petit aux indiens se cachant derrière un arbre, pour le retrouver adulte la case suivante, toujours cacher. Le récit de Philippe Vanderheyden utilise également la parabole du travail pour évoquer le problème de son personnage. Le dessin de David Libens est un mélange de traits fins avec des lavis. Il dépeint toujours avec justesse la ville (à découvrir en vue large sur la couverture), les bureaux et les émotions (le récit en est riche !). Vous ne ressortirez certainement pas indemne de cette lecture, ‘les dunes’ touche des points sensibles.
[17 Juil. 07, Jean-Marc]


  4 autres articles sur David Libens , les 3 plus récents :
   • Badaboom twist comics
   • Exposition à Liège
   • [couverture] Course culture
  10 articles connexes, les 3 plus récents :
   •  Alexandre De Mothé "Du sang sous le...
   •  Collectif "Radio GrandPapier"
   •  Collectif "GrandPapier, les 24h."
   tous les articles sur / et autour de David Libens ...
  23 autres articles sur Employé du moi (l'), les 3 plus récents :
   •  Alexandre De Mothé "Du sang sous le...
   •  Collectif "Radio GrandPapier"
   •  Cole Johnson "Hush-Hush"
   tous les articles sur Employé du moi (l')...

   • David Libens (Employé du moi)
   • Employé du moi (l')

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...