<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 De nouvelles déviations apparaîtront. Les esprits curieux se renseigneront. Des caractères intraitables surgiront. (Sollers, Philippe)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Kelly Reichardt
Old Joy (USA, 2006)

Old Joy
photos

   "Une tristesse est une joie passée" : Old Joy.

   Kurt (Will Oldham) est de passage à Portland, il propose à Mark (Daniel London), un ami de longue date, une randonnée en forêt dans les montagnes de l'Oregon. Le scénario du film peut tenir en cette phrase, mais cacherait toute sa richesse. Sous une apparence lisse, le film renferme de nombreux contrastes et oppositions, comme le milieu urbain voire post-industriel et la nature, la lumière et l'obscurité, le calme (Kurt assène ses phrases de "cool man") et la tension ou encore les différences sociales entre les deux amis (Kurt voyage sans attaches, Mark est sédentaire, sa compagne attend un enfant). Mais ces oppositions ne sont pas si simples que cela, comme dit Kurt, "la nature est en ville dans les espaces verts et les déchets sont présents dans la nature", et les choses ne sont pas aussi tranchées que cela. Prenons la lumière, elle est filtrée par la densité de la forêt et la nuit éclairée par les néons de la ville lorsque Kurt y déambule. Le point le plus marquant réside dans la tension sous-jacente entre les deux amis, portée par les regards, les attitudes. Elle éclatera un peu plus frontalement lors d'une discution philosophique (Kurt expose sa théorie de l'Univers, rien de moins) autour du feu de camp (parmi les ordures). La tension est omniprésente, même lorsqu'ils atteignent la source d'eau chaude pour s'y relaxer, sans que celle-ci déborde, une tension retenue.

   Ce petit bijou de 73 minutes est signé Kelly Reichardt, qui reprend une nouvelle de Jon Raymond, elle même écrite sur la base du travail photographique de Justine Kurland. La réalisatrice était directrice artistique sur ‘poison’ de Todd Haynes qui produit ce film, ou encore avec Hal Hartley sur ‘the unbelievable truth’ où elle apparaissait d'ailleurs à l'écran. La bande son de ‘Old Joy’ a été confiée à Yo La Tengo, groupe qui pratique lui aussi la tension retenue, groupe présent au générique de ‘the unbelievable truth’ de Hal Hartley ou encore de ‘Junebug’ de Phil Morrisson, où Will Oldham faisait déjà l'acteur ... le monde indie est un petit monde ! Le chanteur folk de Bonnie 'Prince' Billy, Palace Brothers, n'en est donc pas à son 1e. rôle au cinéma.
    ‘Old Joy’ est une perle inattendue dans la rentrée cinématographique, on ne regrette que sa sortie confidentielle, seules 5 copies circulent dans l'hexagone.
Old Joy



  1 autre article sur Kelly Reichardt :
   • Wendy & Lucy
  3 articles connexes :
   •  N.Suwa & H.Girardot "Yuki & Nina"
   •  Tom Brosseau "Posthumous success"
   •  Yo la Tengo "They shoot, we score"
- 02 Oct. 07

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...