<img src="commun/img/bandeau_alt.gif" alt="bandeau flash" />
 De nouvelles déviations apparaîtront. Les esprits curieux se renseigneront. Des caractères intraitables surgiront. (Sollers, Philippe)

Note de la Redaction > > Le zata cesse définitvement son activité web.
Vous pouvez consulter le site dans son état de 2010 (il y a un siècle). Plus d'explications par ici ...


Jang Sun-Woo
Fantasmes (lies) (Corée du Sud, 2000)


   Impressionnant le nombre de films chauds qu'il y a eu cet été! Cette folie m'a donné une belle envie de ne pas aller voir "Fantasmes". Pas envie d'aller voir "Baise-moi", pas envie d'aller voir "une vraie jeune fille", presque pas envie d'aller voir "Sade" de Benoît Jacquot. Certainement pas envie de mettre un pied au festival des films censurés que nous offre une salle parisienne, très dans le vent.

   Pourtant le distributeur de "Fantasmes" nous relance chaque semaine : " ATTENTION, le film risque d'être interdit pour pornographie ". Alors là ça change tout. Citoyens, attention !
Au début de l'exploitation, le discours était raisonnable : on nous vantait le scandale du film. L'été avance et il y avait grand risque de tassement : on nous sort la menace de censure comme argument publicitaire. Citoyen, ATTENTION, le scandale est en danger.

   Généralement le journaliste, le publicitaire fantasment leur pouvoir. Qu'ils jouent dans le grand jeu des fantasmes sociaux, c'est pas nouveau. Que ça devienne de plus en plus ouvertement sexuel, désinvolte et cynique, c'est un peu plus nouveau, mais pas tant que ça. Que ça touche la promotion du cinéma, c'est ce qui se sera déclaré cet été. Le problème avec cette stratégie c'est que ça entretient la confusion sur les intentions des auteurs et des spectateurs.

    "Fantasmes". Le titre original du film est "Lies", mensonges. Le titre français ment, le distributeur français ment sur les enjeux de son film, mais le film est réel : il m'a montré la réalité de deux corps, la vérité et la dureté des rapports entre deux êtres humains. J'ai cru au désir des personnages, Jang Sun Woo filme une accumulation de scènes dures, calmement et avec obstination.



- 1er Sept. 00

[© le Zata 1996 - 2017]              {infos site}              {contact}              {goodies}              {les amis}

ndlr : le rythme d'actualisation est également curieux ...